19.10.18

Les princesses, à Reims, trois rendez-vous pour votre Champagne Day


Les filles, la passion du Champagne vous habite ?

Le carrosse de Cendrillon est avancé. Voici où vous pourriez célébrer le Champagne Day à Reims ce soir. 


19 h 00, vous filez au Wine Bar


Et oui, ça bouge ici, dans ce haut lieu du vin, situé place du Forum à Reims ! Le QG des amateurs, bobos du coin et passionnés de jolis flacons, choisis avec amour par Nicolas Papavero, frère & père. 

Ce soir, des cuvées de vignerons, amis de la maison, à déguster en présence des intéressés, avec même, quelques surprises apportées par ces derniers. 
- Pierre Brocard (Celles/Ource) > Représenté par Thibaud Brocard
- André Robert (Mesnil/Oger) > Jean-Baptiste Denizart
- A. Margaine (Villers-Marmery)>  Mathilde Margaine
- F&R Minière (Hermonville)> Frédéric Minière
- Alexandre Grimée (Azy/Marne) > Alexandre Grimée
- Cédric Moussé (Cuisles) > Cédric Moussé
- Lacourte-Godbillon (Ecueil) > Richard Desvignes
- La Borderie (Bar/Seine) > Simon Normand
- Pertois-Moriset (Mesnil/Oger) > Vincent Bauchet
- Moutard (Buxeuil) > Benoit Moutard

- Pierre Trichet (Trois-Puits) > Pierre trichet
On nous confie qu'un vigneron surprise viendra dégorger quelques bouteilles durant la soirée. Un live à ne pas manquer.

Et pour vous régaler : des planches de charcuteries, de fromages, et les fameux mini burgers et croques à la truffe. Une tuerie, les filles !


21 h 30, cap sur Le Clos, au Boulingrin


Comme la maison Leclerc Briand est à la fête au Clos cette semaine, on en redemande ce soir, avec semble-t-il pour célébrer le Champagne Day et en guess star, l'équipe de la maison, big boss et Chef de Cave !

Venez. Avec la dégustation des vins de la maison Leclerc Briand, vous découvrirez les dessous de la biodynamie et les belles énergies aromatiques qu'elle fait naître dans le vin de Champagne.

22 h 30, direction Le Glue Pot


 Les néons rouges du Pub éclairent la célèbre place d'Erlon depuis, des décennies ! Et ne laissent rien imaginer de la très belle carte des vins d'auteurs du patron, Stéphane Arion.

Entrez donc, ne soyez pas impressionnées ! Ce soir, une belle sélection de vignerons vous est proposée et pour l'ambiance, Simon, aux platines, va s'en charger.

A déguster donc, exceptionnellement à la coupe, des beautés :

- P. AGRAPART (Avize) - Complantée
- BÉRÊCHE & FILS (Ludes)- Brut Réserve
- BOULARD & FILLE (
Faverolles-et-Coëmy) - Blanc de Blancs Vielles Vignes
- DOYARD (Vertus) - Vendémiaire
- BENOÎT LAHAYE (Bouzy)- Brut Nature
- POUILLON & FILS (Mareuil-sur-Ay)- Les terres froides
- ERIC RODEZ(Ambonnay)- Dosage Zéro
- SAVART (Ecueil)- L'accomplie
- JM SÉLÈQUE (Pierry)- Partition
- SUENEN (Cramant)- Oiry

Et qui sait Mesdemoiselles, avant que le carrosse ne se transforme en citrouille ? Sûrement de belles rencontres à prévoir.

Pour le dress code et le timing, venez comme vous êtes et à l'heure qui vous ira bien.

Happy Champagne Day. Partagez vos émotions avec nous via #champagneday et à ce soir ! 





Le Glue Pot 

12.10.18

Partage d'écritures et d'admiration. Allez-vous voter pour le Chef de Caves Nicolas Jaeger ?




Alfred Gratien. Un jour, je suis entrée dans cette maison aussi atypique et magnifique que discrète. 

La Champagne que j'aime. Riche d'un formidable héritage, humble et chaleureuse dans ses hommes, consciencieuse dans le travail, précise dans sa quête de qualité, talentueuse dans son savoir-faire. Si généreuse et savoureuse dans ses vins. 

Ce jour, j'ai rencontré Nicolas Jaeger dans un chai centenaire, écrin précieux de 1000 fûts, qui fleurait bon le bois de chêne, à en mourir de bonheur. 

Et je l'ai raconté, avec ces mots là...

"Né en 1972, à Reims, Nicolas Jaeger n’a jamais réellement imaginé d’autre destin que de marcher dans les pas de son père Jean-Pierre Jaeger, comme lui-même avait suivi son père, qui lui-même avait suivi le sien.

Depuis 1905, les hommes de la famille Jaeger voient leur destinée intimement liée à celle de la maison Alfred Gratien.




Quatre générations, investies d’une mission ô combien passionnante : chefs de caves, maîtres de chai, gardiens du temple…

Gaston Jaeger fut le premier de la lignée, puis se fut Charles, son fils, qui prit le relais en 1951. Jean-Pierre, à son tour, se voit confier les clés de la cave en 1966.

Dès les années 1990, comme une évidence, son fils Nicolas, le rejoint 30 rue Maurice Cerveaux. 

Nicolas a grandi dans les vignes, partagés entre les terroirs de Reuil, berceau de la famille paternelle, et du Mesnil-sur-Oger, où sa famille maternelle possède quelques vignes.

Enfant, ses petites voitures voyagent dans les coteaux. A 13 ans, il reçoit son premier sécateur, pour Noël. « Merci Tonton ! ».

Ses souvenirs convergent inlassablement vers Epernay, dans le chai et les entrailles de la rue Maurice Cerveaux, chez Alfred Gratien. 

« Je suivais mon père ». Il n’y a pas d’heure pour un Chef de Caves, il faut être proche de ses vins, tous les jours, week-end compris». 

Très jeune, Nicolas Jaeger se forme à la viticulture et à l’oenologie. A 17 ans, son oncle l’embauche pour s’occuper avec lui, des 3.5 ha de vignoble qu’il possède. Une école de la rigueur, de l’effort et de la discipline. 

Le 1 juillet 1990, Alain Seydoux, Directeur charismatique du Champagne Alfred Gratien, lui propose de rejoindre la maison. Il garde un souvenir particulièrement ému de ce jour, 
où « il n’hésita pas une seconde ».




Nicolas Jaeger travaille avec son père qui lui apprend tout : le travail des fûts dans le chai, celui de la cave, la quête des meilleurs approvisionnements. 

Après 17 années de collaboration, auprès d’un père intransigeant, il prend sa suite et devient, à son tour, en 2007, Chef de Caves de la maison. 

Nicolas Jaeger a la passion du bois. Et le travail du bois implique de la patience. Nicolas sait accompagner ses cuvées et les attendre. Le garant du style Alfred Gratien parle de mimétisme, « je suis confiant, car je reproduis les gestes que mon père m’a transmis ».

Nombreux sont ses souvenirs d’enfants attachés à cette maison où il a grandi. Nombreuses sont les anecdotes qu’il tient lui-même de son père et de ses ancêtres.

Nicolas Jaeger incarne la mémoire vivante du Champagne Alfred Gratien".

Incarnera-t-il le "Chef de Cave de l'Année" lors de la remise des Trophées Champenois ? 

L'homme est nominé. Votons, votez ! Ici   

http://www.trophees-champenois.com/je-vote/



Champagne Alfred Gratien > 30 rue Maurice Cerveaux à Epernay 

https://www.alfredgratien.com/

Photographies Copyright Champagne Alfred Gratien. 














1.9.18

Vendanges de Champenoise. Leçon N°2 arpenter le terrain, absolument, cheveux au vent, passionnément !




Au commencement est la vigne. 34 000 ha répartis sur 5 départements. 120 000 hommes et femmes courageux, courbés quinze jours durant, pour cueillir les plus beaux fruits. Un paysage graphique et silencieux, soudainement animé de couleurs, de sons, de chants, d'éclats de rires et de mouvements.

Qui dit tournées vendanges, dit forcément vadrouilles au vert, dans les galipes, avec leur lot de découvertes et de sensations. 

Et si, pour savourer ces quelques heures intenses, le choix du véhicule avait toute son importance ! 

A 16 ans, l'image de Lilly Bollinger arpentant ses vignes à vélo me faisait sourire. Quelle volonté quand on connaît les reliefs de la Champagne, ses chemins caillouteux et sa météo changeante. Ciels  poignants, tantôt bleu azur, tantôt plombés et menaçants. A la fois, avec pareil cheval d'acier, quelle liberté ! 

Entre 20 et 30 ans, on se laisse conduire. Sans broncher.
Camionnettes en tous genres, mini-bus. Peu importe la monture, il y a tant à apprendre, à observer. 

Les années passent. On devient plus sélectif ?  

En rêve, parfois, apparaît une Range Rover robuste, patinée par les années et les épreuves. Tournée vendanges version Camel Trophy ? Drôle de rêve. Esprit d'aventure ? 



Au domaine Mailly Grand Cru, la voiture juste époustouflante du Président Xavier Muller s'avère une curiosité à succès ! Sensations fortes assurées. En mode ouverte ou fermée, Lara Croft adore. Les invités du domaine aussi. 

Trépidations, vibrations, ça secoue, ça remue. A nous le tout terrain, pour accéder au plus fabuleux point de vue, au plus pentu des lieux-dits.  



La Champagne est un jardin merveilleux. Comment profiter au mieux de ses paysages mutants, embellis jour après jour par des méthodes culturales plus respectueuses de l'environnement ? 

En mode écolo, le vélo de Lilly aurait toujours sa place... Pour aller plus loin, la Méhari ou le cabriolet anglais seraient une alternative. Style, liberté, insouciance ?


Au quotidien et plutôt sur les chemins carrossables, c'est en Renault Avantime, que je roule. Une voiture un peu space, dotée de quelques fantaisies qui font la différence : ses larges baies vitrées, pour ne rien rater du paysage, et son toit ouvrant, pour humer les parfums rares du moment. Caisses de raisins, moûts fraîchement sortis des pressoirs. Belle campagne après l'orage. 

Le nez et les cheveux au vent, forcément... 


Au fond, chacun le sait. Le vrai plaisir de la tournée n'est pas tant la voiture, mais bien qui l'on a embarqué ! 

Merci Charles Neubach et Iemza pour la pose et le partage. 


A suivre la leçon N°3







27.8.18

Vendanges de champenoise. Leçon N° 1, choisir le bon accessoire


Chaque année, ma région, comme mon coeur, s'emballent. 

... La vendange... Le mot à lui seul fait frissonner. Combien d'âmes vibrent à sa seule pensée ?   

Pour les vignerons, c'est l'aboutissement de mois de labeur. Le fruit d'un travail difficile. Quel fierté, ces raisins tellement chéris, suivis, chouchoutés, amenés enfin au pressoir pour être généreusement récompensés. 

Pour les vinificateurs et les Chefs de Caves, la vendange ressemble un peu au Saint Graal. Ce truc précieux après lequel on coure. Cette si belle matière à façonner, promesse des plus savoureux flacons, qui ravirons nos palais gourmands. Faisant parfois passer leur nom à la postérité. 

Cette année, envie de partager avec vous, mes aventures de fille de la comm' du Champagne. Délaissant le bureau pour savourer l'effervescence du terrain, des hommes au travail, la beauté du moment. 

Partons sur 10 incontournables, ou 10 leçons, à la façon d'une célèbre et voluptueuse publicité. Plus peut-être, selon l'inspiration du millésime. 





Leçon N°1, choisir le bon accessoire

Le panier à bras est l'accessoire indispensable des vendanges en Champagne. 

> Configuration 1 : vous êtes embauchée à la cueillette

Le panier à bras reste le panier partout employé. Avec lui vous vous mêlerez aisément aux équipes de cueilleurs et passerez pour une vraie pro ! Hier en bois massif, le voilà aujourd'hui devenu plus léger, lavable et empilable. 

Sa petite taille permet de circuler facilement dans la vigne, pour y déposer de belles grappes, fraîchement cueillies dans le rang. 

Environ 18 litres de contenance. Juste ce qu'il faut. Ni trop, ni trop peu. Car en Champagne, pas question de malmener le raisin qui doit rester intact jusqu'au pressoir. 
Les raisins, écrasés par une trop lourde charge, risqueraient de livrer un jus coloré. Car ce sont bien les fameux anthocyanes, des pigments solubles, situés dans la pellicule des raisins, qui, par macération, confèrent la couleur au jus. Celui-ci, qu'on appelle le moût, est toujours blanc quelque soit le cépage. 

C'est pourquoi votre panier une fois rempli de grappes soigneusement sélectionnées, est rapidement confié aux porteurs. Eux sont les costauds de l'équipe. Ils arpentent les rangs et sont chargés de vider les paniers dans des caisses plus vastes (appelée aussi stamp), acheminées dans les meilleurs délais vers le pressoir. Là est le secret. 

En mode coloré, votre panier à bras, toujours remis avec un sourire, leur fera voir la vie en rose ! 




> Configuration 2 : dans la vigne, vous venez juste dire bonjour, style visite de courtoisie. 

Avec ce panier-là, vous passerez tout de même plus inaperçue qu'avec le Vuitton qui ne vous quitte jamais (la faute !). Enfin, la question pourrait être : souhaitez-vous passer inaperçue ? 

Comme l'important est de participer, cueillez donc quelques raisins, histoire de vérifier combien ils sont sucrés cette année, et puis quelques feuilles pour votre herbier ? 

Avec l'accessoire indispensable, vous voilà parée. 

Pour nous, après ce repérage du jour, la vendange commencera vraiment demain au domaine Mailly Grand Cru. 

A suivre, la leçon N° 2. 





17.6.18

Partage d'écritures et de tendresse. La Cuvée Passation. Une histoire de pères et de fils



"Depuis quatre générations, la famille Jaeger est la gardienne du chai et des caves du Champagne Alfred Gratien.

Rarement en Champagne, une famille a vu son destin lié de la sorte à une même maison. Pour ses membres, « on entre au Champagne Alfred Gratien » comme on entrait autrefois en chevalerie.

Gaston fut le premier à se voir confier la responsabilité d’élaborer les vins de la maison. Puis ce fut Charles, Jean-Pierre, et enfin Nicolas… La tradition se perpétue, inexorablement, de père en fils.

D’abord vient l’apprentissage long et rigoureux. Il faut maîtriser le travail de la vigne qui mène à la récolte des plus beaux fruits. Enrichir chaque jour la connaissance des terroirs de la Champagne. 

Dans le chai centenaire, les quelque mille futs sont vivants. Il faut se remettre sans cesse à l’ouvrage afin d’en dompter les caractères, devenir complices pour en obtenir le meilleur, en révéler les plus belles expressions, les plus subtiles nuances lors des vinifications.




Passation, ou la belle histoire d'une transmission.

Acquérir la fluidité du geste, au chai comme en cave impose une longue formation. Rendue plus difficile encore par l’apprentissage de l’art du vin : composer chaque année, avec ce que la nature
vous offre, assembler les vins pour créer une oeuvre. L’étape est décisive. Artistique aussi : le Chef de caves façonne son vin, comme un peintre donne naissance à son tableau, en choisissant les
couleurs de sa palette. En imaginant ce qu’elles offriront avec l’étoffe du temps.

17 années durant Nicolas Jaeger a appris. Il a marché dans les pas de Jean-Pierre, son père, reproduit le bon geste ; compris le métier et le poids de son engagement.

Ce 1er février 2007, lorsqu’il reçoit les clés du chai et des caves, Nicolas Jaeger reçoit aussi l’accolade.

Le voilà comme adoubé par ce père talentueux et bienveillant.
Le moment de la transmission est venu. Le rituel familial se perpétue, toujours chargé d’émotion et de solennité.

Passation est une cuvée émouvante comme une promesse d’un fils à son père, le serment quasi chevaleresque de poursuivre la lignée.

Passation incarne cette vision de la Champagne chère à la famille Jaeger : une terre de grands vins, gourmands et identitaires, élevés dans le respect de la nature et des bienfaits du temps.

Il y a dans cette vision, l’exaltation des valeurs de générosité et de partage. L’humilité de l’homme face aux éléments, la sagesse de celui qui a appris.

L’engagement sans faille a été reçu en héritage. L’énergie et le talent qui donnent vie aux vins, sont nourris par la passion.


Sublimer un art de faire, le cousu main

Hommage à la filiation et à la transmission, Passation sublime le cousu main, cet art de faire, signature de la famille Jaeger.
Comme son père, son grand-père et son arrière grand-père le faisaient avant lui, Nicolas Jaeger a choisi le panache et l’étoffe d’un grand millésime pour donner vie à cette cuvée rare.
En Champagne, l’année 2008 offre une étonnante énergie doublée d’élégance et d’équilibre.

Vivacité, expression très pure du fruit, ces qualités ne trompent pas. Elles caractérisent les quelques belles années qui illuminent une décennie. Assurent du plus bel avenir, les grands vins de garde.
Passation a été élaborée à partir de raisins soigneusement choisis dans les meilleurs terroirs Grands Crus de la Champagne comme Le Mesnil, pour les Chardonnay et Bouzy, pour les Pinot Noir.

Le vin a été exclusivement vinifié dans des fûts de chêne de 228 litres, comme l’ensemble des vins de la maison.

Nicolas Jaeger sait aujourd’hui compter sur la complicité du bois pour extraire de ses 1000 fûts, la quintessence du fruit.

Un assemblage précis et inspiré fait de la cuvée Passation, une symphonie rayonnante d’arômes gourmands".



Il y a de belles histoires de Pères et de fils. De Pères et de filles aussi. Allez, je me mets en route pour embrasser le mien, tendrement. 

Cuvée de collection Passation millésime 2008. 410 magnums pas un de plus > Champagne Alfred Gratien, depuis 1864 à Epernay. 



9.6.18

L'Artelier de Geoffrey Martin, ou comment une start-up champenoise digitalise le bel objet design ?



Ces dernières semaines, le calendrier et la météo nous ont gâtés. 

A nous, à vous, le plaisir des premiers repas en plein air. Pique-nique au bord de l'eau, ou grandes tablées au jardin. Un avant-goût d'été !

Vive ces moments heureux autour de la gourmandise et de la convivialité. Ahh, l'art de la table et de festoyer. 

Celui que j'ai choisi d'inviter au micro de Radio Jeunes Reims, n'est ni insensible à la nature, car il vit à la campagne, ni aux perspectives de régalades qui l'inspirent dans son travail au quotidien. 

Pourtant, de prime abord, rien ne laisserait présager que ce jeune homme est un chef d'entreprise épicurien. On le penserait plutôt Petit Prince des temps modernes. Boucles blondes et grands yeux bleus curieux, ouverts sur le monde.

Voix douce, posée. Marinière cintrée, juste ornée d'une minuscule ancre rouge, là sur le coeur. Made in France s'il vous plaît. 

Sauf que dans notre histoire, ce serait lui qui tiendrait le crayon. Pour dessiner de belles choses. 

Je vous offre 58 minutes de bonheur avec Geoffrey Martin, fondateur et codirigeant de l'Artelier, une start-up champenoise créatrice de beaux objets design pour l'univers du Champagne et de la gastronomie. Son ambition ? Emmener l'artisanat et l'ébénisterie vers le monde du digital. 

Ecoutez, c'est dans belles & bonnes choses l'émission ! 

Le podcast 

https://www.mixcloud.com/jeangeorges-emilie/lartelier-de-geoffrey-martin-ou-comment-une-start-up-champenoise-digitalise-le-bel-objet-design/





L'invité 
Geoffrey Martin a grandi au milieu des copeaux dans l'ébénisterie familiale. Ses études le mènent dans les traces de son Père. Le diplôme d'ébéniste en poche, il passe son brevet des Métiers d'Art. "J'ai le coup de crayon très droit, très vif, je n'aime pas la courbe" se plait-il à raconter 

A l'heure de reprendre l'affaire familiale, lui rêve de créer quelque chose de nouveau. Sa start-up L'Artelier voit le jour en avril 2017. 

L'Artelier 


En Champagne, de belles maisons ont déjà fait confiance à l'Artelier. La maison Veuve Clicquot par exemple, un premier client qui augure de belles commandes à venir ! 

Un scoop ? Le Chef doublement étoilé du domaine Les Crayères, Philippe Mille, vient de confirmer lui aussi ses premières commandes. Rendez-vous à la Rotonde, le Bar du domaine, pour découvrir les créations de Geoffrey Martin. 




La vidéo de l'entreprise


Tournée dans les caves du domaine Mailly Grand Cru, à Mailly Champagne. 





La playlist : 
. Eddy de Pretto > Random    
. David Guetta > Flames
. Kygo > Remind me to forget  
Fréro Delavega > Le coeur éléphant  

belles & bonnes choses, l'émission, 
une fois par mois, le dimanche, à 11 h 00 
sur RJR - Radio Jeunes Reims (106,1 FM) et sur www.rjrradio.fr. 

5.6.18

Si mon Champagne était poème...




Comme une ville qui s'allume
Et que le vent achève d'embraser,
Tout mon coeur se consume,
J'ai soif, oh ! J'ai soif d'un baiser.

Baiser de la bouche et des lèvres
Où notre amour vient se poser,
Plein de délices et de fièvres,
Ah ! J'ai soif d'un baiser ! 

Baiser multiplié que l'homme
Ne pourra jamais épuiser,
Ô toi, que tout mon être nomme,
J'ai soif, oui soif d'un baiser. 

Fruit doux où la lèvre s'amuse,
Beau fruit qui rit de s'écraser,
Qu'il se donne ou se refuse,
Je veux vivre pour ce baiser. 

Baiser d'amour qui règne et sonne,
Au coeur battant à se briser,
Qu'il se refuse ou qu'il se donne, 
Je veux mourir de ce baiser.  

Le Baiser (II). Germain Nouveau (1851-1920). 


Millésime de Collection. Vieilles Vignes de Chardonnay 2008 > Champagne Pierre Gimonnet & Fils à Cuis.  

Verre Synergie > Jamesse collection.